Cahiers Tristan L’Hermite XXXIX

Tristan et le regard, numéro coordonné par Sandrine Berrègard et Véronique Adam

Ce numéro s’inscrit dans la continuité des ouvrages disposés à définir le premier XVIIe : longtemps réduit à une catégorie esthétique comme le baroque ou le pré-classicisme, il est aujourd’hui considéré au travers d’une épistémé dont la notion de regard est un élément décisif : cette période marque le moment où le regard sensible, frappé d’une forme de doute et d’errance, mène à un rapport au monde et à l’expérience modifié, corrigé par l’œil de l’esprit ; c’est alors que le sujet comprend que voir n’est pas savoir. La notion retenue, le regard, rattache aussi directement ce numéro à un nouveau champ de la critique et de l’histoire littéraire explorant dans les images et les perceptions, une culture à part entière, la culture visuelle initiée pour ce premier XVIIe par les travaux de F. Siguret et enrichie à présent par les recherches des historiens des émotions. Le numéro se partage donc entre des contributions explicitant la place de la poésie de Tristan dans cette histoire du regard au travers notamment de contributions rédigées  soit par des spécialistes de cette nouvelle histoire de la culture visuelle, tel Carl Havelange, soit par des partisans d’une approche plus esthétique et académique de la perspective et de la description visuelle, tel Richard Crescenzo. Tous deux montrent le caractère opératoire et éclairant de leurs outils sur l’œuvre de Tristan qui se dévoile sous un nouveau jour, à la fois cas exemplaire pour cette histoire visuelle et texte rebelle à toute catégorisation trop contrainte. À ces approches complémentaires s’ajoutent plusieurs contributions explorant la topique et l’incidence du regard dans l’œuvre de Tristan. Ces études qui sont placées en regard des recherches de jeunes doctorants ou de chercheurs confirmés (C. Liatzouros) sur des contemporains de Tristan (Rotrou, Scudéry, Malherbe). Le premier XVIIe siècle est donc mis à l’honneur à la fois par son caractère opératoire pour de nouveaux champs de recherche et par la cohérence que révèle cette notion de regard pour cet ensemble de poètes et dramaturges désormais reconnus.

Texte de l’appel et argumentaire général

CAHIERS  TRISTAN L’HERMITE -Sommaire

XXXIX

2017

 

TRISTAN ET LE REGARD

 

Véronique ADAM, Sandrine BÉRREGARD

Introduction

 

Roberto ROMAGNINO

« Je n’écris pas un poème illustre » :

stylistique de l’évidence dans Le Page disgracié

Richard CRESCENZO

Polyphème et Galatée : un mythe mariniste du regard

chez Tristan et Scudéry

Jérôme LAUBNER

« Tant de chimères et de monstres fantasques » : les visions intérieures

 dans les tragédies de Tristan L’Hermite

Sophia MEHRBREY

Le regard comme moteur de l’écriture

dans Le Page disgracié

 

Maxime CARTRON

L’éclat de l’œil : perception et représentation

 dans La Description de la fameuse fontaine de Vaucluse en douze sonnets

 de Georges de Scudéry

Grégoire MENU

Un diable de femme : La Mort de Chrispe et la culture démonologique

Carl HAVELANGE

Tristan ou l’indécision du visible

Chantal LIAROUTZOS, Franck BAUER

À la pointe du regard.

Les éblouissements de Malherbe dans les sonnets encomiastiques

Bibliographie – Chronique

par Sandrine BERRÉGARD et Jean-Pierre CHAUVEAU

Menu