Affiche definitive TLH 1202

Journée d’étude de la Société des Amis de Tristan L’Hermite (12 Février 2016)

 Sous la direction de Claire Fourquet-Gracieux

Université Paris-Est Créteil Val de Marne- EA LIS (Lettres, Idées, Savoirs )

Campus Centre, Bâtiment P, salle des thèses, 61, avenue du Général de Gaulle, 94000 Créteil, France (Métro ligne 8 – Créteil-Université)

 

« L’œuvre entière de Tristan figure [un] labyrinthe, et il convient de s’y promener sans tenir compte des distinctions de genres ou peut-être des dates » (F. Graziani, 1992). Relevons le défi implicite, qui consiste à sortir d’une approche poétique au profit d’une étude transversale, trans-générique, et plus précisément stylistique. Tristan est un polygraphe accompli. Poète, dramaturge, romancier, épistolier, il n’hésite pas à faire usage de la « polygraphie intégrée » (S. Berrégard, 2006) c’est-à-dire à pratiquer la polygraphie à l’intérieur d’un même opus. De la sorte, il serait en partie artificiel de séparer le Tristan poète du Tristan dramaturge, du Tristan épistolier ou du Tristan romancier. Tout nous invite plutôt à embrasser l’œuvre intégrale, dont l’unité paraît concertée : aucune de ses pièces de jeunesse n’a été reniée et la dimension diachronique de sa publication est lissée par Tristan lui-même dans les Vers héroïques.

Or, aujourd’hui, lorsqu’on attribue un manuscrit à Tristan l’Hermite, c’est avant tout la signature et la parenté thématique de ces pages avec les pièces tristaniennes qui sont invoquées. L’argument du style d’auteur est certes avancé, mais avec une charge d’implicite que cette journée d’études souhaiterait expliciter : les manuscrits « ont le style de Tristan, parfois le même vocabulaire et sont souvent signés par la mention ‘Trist.’ ou ‘Tristan’ » (L. Grove, 1997).

Tour à tour qualifié de maniériste, mariniste, malherbien, le polygraphe semble pourtant se dérober à toute recherche de singularité stylistique, ce que S. Boutet justifie en le qualifiant de poète de l’inventio plus que de l’elocutio. Parallèlement, en partie à cause de cette multiplicité d’étiquettes, Tristan échappe en permanence au statut de disciple ou encore à l’idée qu’il représenterait le style Louis XIII. Il présente donc un profil stylistique singulier, que nous nous proposons d’étudier, entre sincérité et ingéniosité portée au plus haut degré, selon la logique d’un détournement perpétuel. Peut-on repérer un faisceau de stylèmes qui sous-tendrait l’idée d’un style d’auteur, par-delà la variété stylistique ?

Cette journée d’études se propose donc de partir à la recherche de l’écriture tristanienne. À cet effet, le dialogue entre les spécialistes de Tristan L’Hermite et les lecteurs spécialistes d’autres domaines promet d’être enrichissant pour faire le départ entre stylèmes, sociolecte et idiolecte. Gageons que le savoir des spécialistes des genres pratiqués par Tristan, l’œil entraîné des dix-septiémistes familiers du style Louis XIII et l’expertise des linguistes de la période préclassique et classique donneront à saisir le style de Tristan.

Au-delà de l’étude monographique, poser la question du style de Tristan L’Hermite vise à nourrir la réflexion sur les deux notions théoriques de style d’auteur et de littérarité. La notion de style d’auteur apparaît généralement peu pertinente pour l’Ancien Régime, prise entre style d’époque et style de genre. Elle mérite cependant d’être interrogée et réhabilitée, à l’épreuve de la production de ce polygraphe. L’interrogation sur la littérarité trouve à son tour matière à s’exercer, dans une œuvre qui associe traductions, lettres réelles et genres littéraires. Entre fiction et réalité, ses Lettres mêlées suivent-elles ainsi « l’oblique du style » (A. Jaubert, 2006) ?

Voici le programme (téléchargeable ici Programme JE Tristan L’Hermite )

10h30-11h – Accueil et ouverture de la journée
Tristan et les autres
Présidence de séance : Véronique ADAM
11h-11h30 – Françoise GRAZIANI (Université de Corse)
« Concetto et pensée ingénieuse »
11h30-12h – Melaine FOLLIARD (Université Aix-Marseille)
« Le déterminant démonstratif, péché de jeunesse ou fait de style chez le premier
Tristan L’Hermite ? »
12h-14h – Discussion et déjeuner
être poète en tout et partout
Présidence de séance : Alain GENETIOT
14h-14h30 – Sophie TONOLO (service du Dictionnaire, Académie Française/ DYPAC)
« Un style chez le poète ? »
14h30-15h – Suzanne DUVAL (Université de Strasbourg/STIH)
« Entre prose et poésie : le style gracieux du Page disgracié »
15h-15h30 – Discussion
Maîtriser la diversité
Présidence de séance : Sandrine BERREGARD
15h30-16h – Françoise POULET (Université Bordeaux-Montaigne/TELEM)
« Une savante folie : discours (pseudo-)savant et écriture comique dans Le Page
disgracié et La Folie du sage ».
16h-16h30 – Claire FOURQUET-GRACIEUX (Université Paris-Est Créteil/LIS)
« Le Page disgracié, miroir grossissant. Critique et auto-pastiche ».
16h30-17h – Discussion et clôture de la journée

Menu